Les accès marchés

Les systèmes d’accès marchés sont les briques intermédiaires du SI entre, d’une part, les applications internes à la banque et, d’autre part, les connexions mises à disposition par les différents marchés. Ces systèmes ont deux fonctions :

  • Recevoir les informations des marchés
  • Envoyer des ordres sur ces mêmes marchés



Défis


La première qualité recherchée est la réactivité du système. La plupart des applications qui dépendent des systèmes d’accès marchés, ont besoin de recevoir et d’envoyer l’information en temps réel. Ces systèmes sont donc optimisés dans ce sens.

Les activités qui utilisent les accès marchés rendent ces systèmes critiques. La robustesse et la disponibilité sont donc d’autres contraintes fortes.

Les systèmes d’accès marchés permettent des connexions à différents marchés. L’objectif est de cacher les spécificités techniques de chaque marché pour offrir un service uniforme aux applications clientes. Les évolutions des bourses doivent être transparentes.



Missions


Nos consultants interviennent dans les équipes projets. Généralement en C++, ces systèmes soumis à de fortes contraintes techniques constituent de bons challenges même pour les meilleurs ingénieurs. Nous travaillons aussi sur des missions de maitrise d’ouvrage pour spécifier les évolutions de ces systèmes.

Nos consultants interviennent également sur la gestion de la production de ces systèmes. En effet, les contraintes évoquées plus haut rendent ces missions particulièrement intéressantes. Elles consistent à :
  • Gérer les incidents et les requêtes des utilisateurs
  • Déployer les nouvelles releases
  • Monitorer l’état du système d’accès marchés
  • Participer aux projets d’amélioration du système.



Avenir


Avec la croissance du trading électronique, voir du trading « low latency », les contraintes auxquelles ces systèmes seront soumis, vont encore s’accentuer.

Les équipes sont aussi en train de chercher des solutions nouvelles pour automatiser les tests d’intégration et de non-régression sur ces systèmes.

Le market making

La présence de teneurs de marchés est la forme d’organisation dominante des marchés financiers et c’est l’une des activités principales des banques de financement et d’investissement. Il y a des market maker sur tous types de produits de bases et de produits dérivés.



Défis


Désormais, cette activité est automatisée à l’extrême. Elle doit s’appuyer sur un SI capable de traiter en temps réel la très grande quantité d’informations issue des marchés, pour ensuite calculer et placer des ordres aux bons niveaux. Tous les éléments du SI sont impliqués : l’infrastructure réseau, l’infrastructure serveur et les applications. Certains desks sont spécialisés sur la « basse latence ». Pour ces derniers, chaque milliseconde compte !

La concurrence entre les acteurs est forte. Le moindre retard ou décalage par rapport au marché est exploité. La rapidité, l’exactitude et la robustesse du SI sont des qualités extrêmement critiques pour la banque, son résultat financier en dépend. Elle cherche donc constamment à améliorer son système dans ce sens, pour rester concurrentielle sur le market making.



Missions


La gestion de la production est l’une des missions les plus intéressantes sur ces activités. Nos équipes interviennent en support des desks de market making pour :
  • Gérer les incidents et les requêtes des utilisateurs
  • Déployer les nouvelles releases
  • Monitorer l’état du système d’information
  • Participer aux projets d’amélioration du système

Parfois directement dans la salle de marché, ces missions sont d’excellents tremplins pour faire une carrière dans le secteur de la finance de marché.

D'autres missions intéressantes se déroulent au sein des équipes projets. Celles-ci conçoivent en permanence des solutions pour une plus grande rapidité et une meilleure robustesse du SI. En plus de la grande complexité technique à appréhender, il est aussi demandé à ces équipes une forte réactivité aux besoins métier.



Avenir


Cette activité va continuer de s’automatiser. Avec la création de nouveaux marchés organisés, les nouvelles règlementations et l’émergence d'autres marchés, il y a fort à parier que les projets IT seront nombreux dans les années à venir.

Le risque de contrepartie

Toute opération financière avec des engagements à terme comporte un risque de contrepartie, le risque que celle-ci n'honore pas ses engagements parce qu’elle n’en a pas les moyens ou qu’elle est en faillite. Suite à la crise des subprimes et aux contrecoups qui ont suivi, le risque de contrepartie est devenu un complément indispensable des risques de marché dans la maîtrise des opérations financières.



Défis


L'existence de ce risque nécessite de constituer des réserves pour garantir la solidité des établissements financiers même en cas de défaut des contreparties. Les autorités de contrôle (l’AMF ou l’ACP par exemple) imposent les ratios de fonds propres à mettre en réserve et font des recommandations sur les méthodes d'évaluation du risque. En cas d'imprécision, les autorités demanderont l'évaluation la plus conservatrice.

Le défi des institutions financières est donc d'appliquer ces règlementations et recommandations mais aussi d'être le plus précis possible pour ne pas immobiliser plus de fonds propres que nécessaire. Or ces évaluations utilisent des algorithmes très consommateurs de puissance, de temps de calcul et de données (e.g. Value-at-Risk, simulation de Monte-Carlo, calcul de corrélation). Il y a donc un challenge technique IT associé à des problèmes mathématiques, avec un impact financier direct.



Missions


Les missions en risque de contrepartie couvrent généralement une large gamme de produits et de sous-jacents. Les projets types de ces équipes :
  • Parallélisations des calculs et distribution sur une grille de calcul
  • Augmentation du nombre de simulations pour affiner l'évaluation
  • Application d'une recommandation des autorités sur un type de donnée de marché, un type de produit ou un type de sous-jacent
  • Amélioration des calculs de corrélations pour améliorer la précision du calcul
Le fonctionnel est au cœur de chaque projet.



Avenir


C’est le sujet d'avenir par excellence en finance de marché. Il faudra couvrir toutes les opérations possibles et être le plus précis possible dans les calculs. La finance est un domaine encore jeune, le calcul du risque de contrepartie va beaucoup évoluer dans les prochaines années. Il pourrait notamment tirer partie d'une puissance de calcul de moins en moins cher.